Skip to the main content

Réinstallation et rapatriement des réfugiés kosovars au Canada

En février 1998, des tensions ethniques généralisées ont mené à un conflit armé entre les forces de la République fédérale de Yougoslavie et l’Armée de libération du Kosovo (UCK) éclate alors. Quelque 350 000 Kosovars ont fui vers des pays voisins à la recherche d’un refuge. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a fait appel à la communauté internationale pour offrir à ces réfugiés une protection provisoire jusqu’à leur retour au pays. En 1999, plus de 7 000 réfugiés kosovars sont arrivés au Canada.

Canada’s Resettlement and Repatriation of Kosovar Refugees

In February 1998, widespread ethnic tensions led to an outbreak of armed conflict between the forces of the Federal Republic of Yugoslavia (FRY) and the Kosovo Liberation Army (KLA). Some 350,000 Kosovars fled to neighbouring countries in search of safe haven. The United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) appealed to the international community to provide these refugees with temporary protection until they could return home. In 1999, over 7,000 Kosovar refugees arrived in Canada.

1973 : La réponse du Canada à la crise chilienne

En septembre 1973, l’armée chilienne a organisé un coup d’État qui a conduit à la destitution de Salvador Allende, le premier socialiste du pays à avoir été démocratiquement élu comme président. La campagne de répression qu’a ensuite menée le régime militaire a forcé quelque 200 000 Chiliens à chercher refuge ailleurs. Une sensibilisation accrue du public et du lobbying ont fait pression sur le gouvernement fédéral canadien afin qu’il assouplisse les critères exclusifs d’immigration qui étaient en place. C’est ce qui a permis à près de 7 000 réfugiés chiliens d’entrer au Canada.

1973: Canada's Response to the Chilean Refugees

In September 1973, Chile’s military staged a coup d’état leading to the removal of Salvador Allende, the country’s first socialist to be democratically elected as president. The military regime’s subsequent campaign of repression forced some 200,000 Chileans to seek safe haven elsewhere. Heightened public awareness and lobbying pressured the Canadian federal government to loosen existing exclusionary immigration criteria. This permitted nearly 7,000 refugees from Chile to enter Canada.

Canada’s Refugee Determination System

In 1973, the Canadian government established its first formal administrative structure to process refugee claimants at Canada’s borders and in-land claims for refugee status. By the 1980s, the rising number of refugee claims ignited a national conversation about how Canada processed refugee claimants and whether the country’s refugee determination system was fair, balanced, and efficient. In 1989, the Canadian government established the Immigration and Refugee Board of Canada to modernize the refugee determination process.

Le système de détermination du statut de réfugié du Canada

En 1973, le gouvernement canadien a mis en place sa première structure administrative officielle pour traiter les demandes de statut de réfugié dans les postes frontaliers du Canada et sur son territoire. Dans les années 1980, le nombre croissant de demandes de statut de réfugié a déclenché un débat national sur la manière dont le Canada traitait les demandeurs d’asile et sur l’équité, l’équilibre et l’efficacité du système de détermination du statut de réfugié au pays. En 1989, le gouvernement canadien a créé la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada pour moderniser le processus de détermination du statut de réfugié.

Movement of War Brides and Their Children through Pier 21

After the Second World War, Canadian military authorities helped to permanently resettle a unique movement of ‘preferred’ immigration to Canada: nearly 44,000 war brides and their 22,000 children. They represent the single largest contiguous movement of migration to Canada, specifically through Pier 21. The war brides arrived in Canada at a time when the country’s doors remained largely closed to immigrants, due in part to the economic effects of the Great Depression .

Le passage des épouses de guerre et de leurs enfants au Quai 21

Après la Seconde Guerre mondiale, les autorités militaires canadiennes ont aidé à réinstaller au pays une vague unique « d’immigrants préférés » qui venaient s’installer de façon permanente. Il s’agissait de près de 44 000 épouses de guerre et de leurs 22 000 enfants. Elles représentaient le plus important mouvement de migration contigu au Canada et, plus spécifiquement, du Quai 21. Les épouses de guerre sont arrivées au Canada à une époque où les portes du pays demeuraient généralement fermées aux immigrants, en partie à cause des conséquences économiques de la Grande Dépression.

1968: Pier 21 and the Prague Spring Refugees

In August 1968, Soviet-led forces invaded Czechoslovakia to suppress a period of reform known as the Prague Spring. Thousands of Czechs and Slovaks already travelling outside of their country were joined by compatriots fleeing the invasion. The Canadian government implemented a special program that relaxed immigration criteria and helped with travel to Canada. Within four months, close to 12,000 Czech and Slovak refugees arrived to various ports of entry in Canada, including Pier 21.

Cinquante ans plus tard : le Quai 21 et les réfugiés du Printemps de Prague

Au mois d’août 1968, les forces des Soviétiques ont envahi la Tchécoslovaquie afin d’écraser une ère de réforme connue sous le nom du Printemps de Prague. Des milliers de Tchèques et de Slovaques qui circulaient déjà en dehors de leurs pays ont été rejoints par des compatriotes fuyant l’invasion. Le gouvernement canadien a mis en œuvre un programme spécial qui a assoupli les critères d’immigration et qui offrait de l’aide pour venir au Canada. En quatre mois, près de 12 000 réfugiés tchèques et slovaques sont arrivés par différents ports d’entrée du pays, dont le Quai 21.

Pages